Ukraine : la crise politique prend une autre dimension

///Ukraine : la crise politique prend une autre dimension

Ukraine : la crise politique prend une autre dimension

Un membre d'une milice pro-russe en Crimée, le 28 février 2014. (archives)

Un membre d’une milice pro-russe en Crimée, le 28 février 2014. (archives)

Crédit : VIKTOR DRACHEV / AFP

DÉCRYPTAGE – Vladimir Poutine a obtenu samedi du Parlement russe le feu vert pour un “recours aux forces armées” en Ukraine. S’il prétend ne pas avoir encore pris de décision, des troupes sont déjà présentes.

Vladimir Poutine a changé de ton sur le dossier ukrainien, en demandant au Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement) d’autoriser les forces armées russes à intervenir en Crimée. Cette décision a provoqué une escalade diplomatique, augmentant ainsi les risques de scission du pays.

Moscou a, pour le moment, fait savoir qu’une intervention ne serait pas immédiate. Mais d’après notre correspondant sur place, des soldats ont déjà investi la ville de Simféropol où des coups de feu ont été entendus ce samedi après-midi.

La Crimée appelle la Russie à l’aide

Dans une atmosphère surréaliste, les soldats russes, armés de fusils mitrailleurs, se sont finalement repliés samedi en fin d’après-midi, après une journée marquée par les manifestations pro-russes. Les habitants scandaient le nom de la Russie, comme si cette dernière pouvait maintenir l’ordre, et sauvegarder leur mode de vie. En début de matinée, le président de Crimée avait fait appel à l’aide du Kremlin pour rétablir la paix et la stabilité dans la région.

En milieu d’après-midi , un groupe d’hommes cagoulés a ouvert le feu sur la foule, sans faire de blessé. Ils se sont ensuite échappés dans un bus, et leur identité reste encore inconnue.

Des opérations sont en cours à Balaklava (sud-ouest de la Crimée), un port qui abrite une base navale de l’armée ukrainienne. 200 soldats russes ont tenté de s’en emparer, mais ont rencontré des résistances de la population et des gardes-côtes ukrainiens.

D’autres régions pro-russes du pays sont elles aussi gagnées par des revendications séparatistes, notamment Donetsk ou Karkiv. Des dizaines de personnes ont été blessées dans une manifestation pro-russe dans cette ville de l’Est de l’Ukraine.

L’armée ukrainienne en état d’alerte

Du côté de Kiev, l’ancien boxeur et candidat déclaré à la présidentielle Vitali Klitschko, a appelé à la mobilisation générale, pour faire face à ce qu’il appelle “l’agression russe”.

Le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a mis l’armée ukrainienne en état d’alerte. S’il assure qu’il ne croit pas en une intervention russe qui signifierait “la guerre”, il a tout de même renforcé la protection des centrales nucléaires et autres sites stratégiques.

Devant l’évolution de la situation, le Conseil de Sécurité de l’ONU va se réunir en urgence à New York, et ce pour la deuxième fois en deux jours. Dimanche, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se retrouveront à Bruxelles.

Récit et analyse des événements en Ukraine samedi 1er mars 2014 par les correspondants et le service international de “RTL”

Crédit : Stéphane Siohan / Jennifer Knock / Pierre Julien

By | 2014-03-03T15:17:16+00:00 March 3rd, 2014|Politique|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment