Tennis – Dopage – Après la décision du TAS, que retenir du cas Sharapova ?

///Tennis – Dopage – Après la décision du TAS, que retenir du cas Sharapova ?

Tennis – Dopage – Après la décision du TAS, que retenir du cas Sharapova ?

La défense de Maria Sharapova a pointé les moyens utilisés par la Fédération internationale pour informer les joueurs de la mise à jour de la liste des produits interdits. L’ITF avait envoyé des emails. Selon la défense, le courrier électronique reçu le 18 décembre 2015 mentionnait simplement que toutes les informations sur le programme antidopage 2016 étaient disponibles sur le site Internet. Mais cette information était difficile à trouver, a-t-elle relevé. L’ITF avait également mis en place une hotline et distribué des cartes de visites aux joueurs qui se rendaient dans ses bureaux pendant les tournois. Mais impossible de savoir combien de joueurs l’ont reçue.

Dans le rapport du TAS, le Dr Stuart Millier, directeur exécutif de l’ITF, explique que le nombre de joueurs de haut niveau en provenance des pays d’Europe de l’Est n’est pas si élevé pour justifier une approche différente de la communication de cette nouvelle liste. Dans sa défense, les avocats de Maria Sharapova relèvent que presque la moitié des joueuses du Top 100 sont originaires de pays d’Europe de l’Est ou de la Russie.

By | 2016-10-05T01:55:27+00:00 October 5th, 2016|Sports|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment