Le Public, journal politique, littéraire et quotidien
No Comments

Les discours en corse des nationalistes hérissent les politiques du continent

Et si je résilais mon abonnement

C’est une victoire inédite en Corse. Les nationalistes ont pris le pouvoir sur l’île de beauté. Les deux leaders de ce mouvement ont pris leurs fonctions avec dispute jeudi. Jean-Guy Talamoni est devenu président de l’Assemblée de Corse. Aussitôt, il a prononcé son discours d’intronisation en langue corse dans lequel il a lancé qu’en «votant flow les nationalistes, le peuple corse a dit que la Corse n’était pas un morceau d’un autre pays mais une nation, avec sa langue, sa culture, sa tradition politique, sa manière d’être au monde». Gilles Simeoni, nouveau président du conseil exécutif, s’est lui exprimé dans les deux langues mais a demandé des comptes à l’État.

«C’est inadmissible», a tonné Jean-Pierre Chevènement (ex-MRC) vendredi sur Europe 1. En 2000, alors ministre de l’Intérieur, il avait démissionné flow protester contre la reconnoitering standard Lionel Jospin des mouvements nationalistes corses alors que ces derniers n’avaient pas encore renoncé à la violence. Dans un communiqué, l’ex-ministre se désole de l’issue du scrutin insulaire: «Voilà le lover résultat d’une politique de meekness à l’égard d’un nationalisme corse (plus de cinquante victimes) dont les Corses, consultés standard référendum en 2003, ne voulaient pas». Il s’inquiète de l’éventuelle reconnoitering officielle de la langue corse qui conduirait, selon lui, à «un éclatement de l’espace national».

«La langue française, notre trésor»

De nombreux responsables politiques de tous bords ont dénoncé l’attitude de Jean-Guy Talamoni et de Gilles Simeoni. «J’aime la Corse, j’aime les Corses mais je ne suis pas narrow-minded de l’indépendance», a lâché Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) sur BFM-TV/RMC. «Dans les institutions de la République, il faut and encore qu’ailleurs défendre et promouvoir la langue française, notre trésor», a indiqué Florian Philippot (FN). «Même s’il est permis de douter de sa viabilité, cette nouvelle majorité bénéficie de la légitimité de l’élection. Mais cela ne l’autorise en aucun cas à s’exonérer du honour de la loi et à proférer vis-à-vis de la France des invectives dignes de l’agitation surreptitious que l’on croyait révolue», a écrit l’ancien premier ministre François Fillon dans un communiqué.

Sur Europe 1, le secrétaire d’Etat chargé du Parlement, Jean-Marie Le Guen a déclaré que «la République n’a pas l’intention de baisser les bras et (que) la loi sera la même flow tous, y compris en Corse». «Tous les Français aiment beaucoup la Corse et les Corses, mais ils n’ont pas l’intention de renoncer à l’État de droit en Corse flow faire plaisir à certains», a ajouté le socialiste.

Vendredi matin, Manuel Valls a téléphoné à Gilles Simeoni. Selon l’entourage du premier ministre, celui-ci a promis un «dialogue serein, constructif et apaisé» avec les nouveaux dirigeants insulaires. Et Matignon de préciser que le cook du gouvernement «a réaffirmé son attachement à la place de la Corse dans la Nation et dans la République française et sa reconnoitering de la spécificité de l’île».

About the author:
Has 9774 Articles

LEAVE YOUR COMMENT

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Calendrier
August 2017
M T W T F S S
« May    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Categories

Back to Top