Le Parisien accélère sur le numérique et renforce l’éditorial

///Le Parisien accélère sur le numérique et renforce l’éditorial

Le Parisien accélère sur le numérique et renforce l’éditorial

Le ParisienXLe Parisien

Le groupe Amaury a annoncé lundi la mise en place pour Le Parisien « quasiment à l’équilibre en 2014 » d’un « nouveau projet » qui s’appuiera « sur la personnalité unique de la marque ». Editorialement, Le Parisien va ainsi renforcer son traitement de la politique, de l’économie et des sujets de société, tout en continuant à s’appuyer sur ses rubriques sports, loisirs, spectacles et l’information locale. Pour mener à bien cette ambition, le directeur général du titre Jean Hornain confie les rênes de direction de la rédaction à Stéphane Albouy qui était rédacteur en chef du Parisien, en lieu et place de Thierry Borsa, directeur des rédactions du Parisien et de son édition nationale Aujourd’hui en France depuis 2010, qui quitte donc ses fonctions. Dans la foulée, une série de nominations a été également annoncée. Eric Herteloup, DGA du Parisien et DG d’AM Diffusion, est parallèlement nommé responsable des activités presse du Parisien tandis que Frédéric Allary, actuel éditeur du Parisien Magazine, devient directeur de la stratégie, du marketing et de l’innovation. Par ailleurs, Eric Leclerc, directeur des activités numériques d’audience, a la responsabilité de « développer (Le Parisien) sur le numérique et de piloter la croissance du Parisien TV et de laparisienne.com ». Enfin, Julie Costes, jusqu’alors directrice marketing, est nommée directrice des activités numériques payantes et de la relation client.

Deux nouvelles applis

Le Parisien annonce également le développement de « nouveaux formats numériques ». Le 11 mars prochain, deux nouvelles applications smartphones et tablettes vont faire leur apparition. D’un côté, l’appli Le Parisien se refait une beauté en se consacrant à l’info nationale et à toutes ses thématiques. De l’autre, Le Parisien Ma Ville, proposera toute l’actualité et les services de proximité pour les habitants d’Ile-de-France et de l’Oise. Ses contenus seront accessibles selon un modèle de « metered paywall » (5 articles gratuits par semaine et abonnement à 2,99€ par mois, ndlr). Il compte aussi lancer de nouvelles applications sur mobile et de nouveaux formats numériques (datajournalisme, vidéos, jeux), identifier de “nouveaux relais de croissance” et “poursuivre la rationalisation des coûts”. Par rapport au Monde et au Figaro, le Parisien compte pour l’instant très peu d’abonnés numériques: 6.000 environ, soit moins de 3% des abonnés. Aujourd’hui en France n’en compte quasiment pas. Parmi ses projets en cours, Le Parisien vient aussi de lancer sur internet une chaîne vidéo, Le Parisien TV.

La branche presse du groupe Amaury, propriétaire du Parisien-Aujourd’hui en France et du quotidien sportif L’Equipe, a subi en 2014 une forte baisse de sa diffusion. Le Parisien a vu ses ventes reculer de 8,2%, à 229 637 exemplaires en moyenne par jour, tandis qu’Aujourd’hui en France a baissé de 7,9% à 148 220 exemplaires. Hors ventes aux tiers (compagnies aériennes, banques,…), commercialisées à bas prix, les reculs des ventes sont moins marqués, de respectivement 4,5% et 6% environ. Le groupe Amaury, qui pèse 670 millions de chiffre d’affaires, répartit son activité pour environ les deux tiers dans sa branche médias et pour un tiers dans l’organisation d’événements sportifs, dont le Tour de France et le Paris-Dakar.

Retour à la newsletter du jour

<!–Dossier sponsoris par –>

By | 2015-03-10T01:16:34+00:00 March 10th, 2015|Éditoriaux|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment