Epures à l’italienne

///Epures à l’italienne

Epures à l’italienne

Epures à l'italienne

Le monde de la mode a adopté depuis quelques saisons une stratégie de la soustraction : moins d’ornements, des formes plus simples, une silhouette tendant vers l’abstraction quasi monacale. Baptisé néominimalisme, ce nouveau régime esthétique a contaminé peu à peu toute l’industrie du style. Même les marques petits prix se sont mises, avec des fortunes diverses, à l’épure vestimentaire. Cette culture du « moins » a fini par gagner doucement les podiums milanais, généralement renommés pour abriter les apôtres du « sexy baroque rutilant », voire les trois à la fois. Cette réputation clinquante, souvent mal vue, avait presque fait oublier une autre réalité esthétique : l’Italie est aussi la patrie du design moderne.

Dans l’après-seconde guerre mondiale, l’industrie automobile, les créateurs de mobilier, les fabricants d ’électroménager, mais également les architectes, ont conjugué leurs efforts pour inventer des formes géométriquement pures et si modernes qu’on continue souvent à les éditer, à l’image de la fameuse chaise Superleggera dessinée par Gio Ponti pour l’éditeur de meubles Cassina.

 

By | 2014-02-28T19:02:13+00:00 February 27th, 2014|Abonnement papier|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment