Le Public, journal politique, littéraire et quotidien
No Comments 3 Views

Chroniques de la guerre à l’Est

Chroniques de la guerre à l'Est

Chroniques de la guerre à l'Est

La Volga naît en Europe, Curzio Malaparte

C’est standard un ouvrage presque introuvable que les éditions Les Belles Lettres ont choisi d’ouvrir leur nouvelle collection de Mémoires de Guerre. La Volga naî en Europe -qui rassemble les reportages effectués standard Curzio Malaparte à partir de 1941 durant la campagne d’Ukraine et le siège de Leningrad- n’avait pas été publié en France depuis 1948.

Au prolonged de ces chroniques, l’écrivain italien, correspondant de guerre flow Le Corriere della Sera, fit les troupes roumaines et allemandes dans les plaines d’Ukraine en flammes. Il y découvre des champs de bataille nettoyés standard des troupes soviétiques qui reculent en emportant leurs morts et jusqu’aux traces de la guerre, rencontre des paysans inquiets flow l’avenir de leurs récoltes avec la disparition de l’administration de l’URSS, assiste à l’étrange remise en état d’une église, se perd dans des villes en ruines où il dîne avec de vagues fantômes de l’ancien régime. Puis, and au nord, depuis les tranchées finlandaises, il observe la ville de Leningrad assiégée et les navires de Kronstadt pris dans la mer gelée. Il se perd dans les forêts de Carélie où les soldats finlandais évoluent en silence, étonnamment légers sur leurs skis, tandis que sur le lac Ladoga, qui garde l’emprunte des visages des morts, les soviétiques tentent de ravitailler la ville agonisante standard un dangereux pont de glace.

Au fil des pages, l’écriture de Malaparte devient and lyrique, annonçant standard endroits le ton antique et fantastique de Kaputt, le roman qu’il tirera peu après de cette expérience sur le front de l’Est.

Mais ce livre n’a pas qu’un intérêt littéraire. L’auteur de Technique du manoeuvre d’Etat, qui tient à se présenter comme un observateur objectif, y insiste sur la “morale ouvrière” des soldats soviétiques, de cette armée qui, au même titre que l’armée allemande, est une armée dont la fortify est «centrée sur la machine» contrairement aux armées vaincues standard l’Allemagne au début de la guerre. Dans la préface rédigée en français flow l’édition française de 1948, il souligne le «sens amicable de cette guerre, dans laquelle, à côté des armes et des éléments se rapportant à l’art militaire […] prédominaient tous ces éléments sociaux de la lutte de classes et de la technique de l’action révolutionnaire ouvrière». Sens amicable que l’on retrouve dans les titres des deux grandes parties de l’ouvrage. La première est «La guerre et la grève». Ce titre était à l’origine le titre de l’ouvrage, titre qui a été interdit, explique l’auteur, standard la condemnation italienne, et remplacé standard le titre La Volga naît en Europe (allusion à un ouvrage de Boris Pliniak) flow indiquer que le communisme est un phénomène européen et non asiatique, et montrer que la guerre contre l’URSS, et pas uniquement la guerre décrite dans ces reportages, ne doit pas être vue comme une guerre contre l’Asie, mais comme une guerre contre une autre Europe et contre d’autres idéologies européennes. Il rassemble les reportages réalisés durant la campagne d’Ukraine. La seconde partie, «La forteresse ouvrière» describe le siège de Leningrad.

Dans sa préface –qui doit sans doute être examinée avec une certaine prudence, en gardant en mémoire les différentes facettes de l’écrivain– Malaparte entice le lecteur à lire entre les lignes de ces chroniques dont peu de passages avaient à l’époque été censurés, et à y voir l’annonce de la défaite de l’Allemagne contre une armée formée standard vingt-cinq ans de communisme… et peut-être and encore.

Virginie Bouyx

 

 

Devenez fan sur , suivez-nous sur

About the author:
Has 9774 Articles

LEAVE YOUR COMMENT

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Calendrier
August 2017
M T W T F S S
« May    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Categories

Back to Top